La rentrée….avec les dents !!!

Dure rentrée pour nous salarié(e)s ! feuilles d’impôts à la hausse, salaires bloqués, postes non remplacés, conditions de travail qui se dégradent, perspectives de carrière bouchés, « gel »d’un grand nombre de postes pour les concours ou examens professionnels….

La cause : le Pacte de Responsabilité lancé, porté et durci par l’actuel gouvernement qui ne cible et ne touche que les plus fragiles et les plus vulnérables. Toutes les attaques portées contre les travailleurs le sont par le « pacte de responsabilité . Le gouvernement considère que le travail, les services publics locaux et nationaux, la Sécurité Sociale sont une « charge » et la raison de tous nos maux alors qu’ils sont créateurs de richesse et les outils indispensables aux droits fondamentaux pour toutes et tous. Les droits sociaux (Statut de la Fonction publique, Code du travail, indemnités chômage, travail du dimanche,…).sont dans le collimateur du Medef et de ses supplétifs CFDT en tête de gondole !

Pour organiser la résistance et les actions, l’URIF FO organise un meeting

Mercredi 24 Septembre 2014

à 14h 30

à la Bourse du Travail de Paris

(Salle Grande Croizat)

3 rue du château d’eau 75010 PARIS. Métro République

Tous les syndicats et adhérents sont concernés. Venez nombreux.

 

Pacte de responsabilité : pour FO, " les masques sont tombés "

Pacte de responsabilité: pour FO, »les masques sont tombés »

Une première réunion s’est tenue vendredi 28 février, au siège du MEDEF, entre cinq syndicats et trois organisations patronales à propos du fameux pacte de responsabilité, la nouvelle…lire la suite

Métropole du Grand paris: où en sommes nous ?

A l’heure où s’installe en Ile-de-France la mission de préfiguration chargée de la mise en place de la Métropole du Grand Paris (MGP) créée par la loi MAPAM du 27 janvier dernier, nous devons dénoncer la création de la Métropole du Grand Paris, véritable outil de liquidation sophistiquée de nos statuts, de nos services et de nos emplois.

Pourtant les enjeux sont d’importance : emploi, développement économique, services publics, logement, transports…, statut des personnels.

Chaque jour apporte son lot de nouvelles sur la révision de la carte des régions.

Le vendredi, l’Aquitaine fusionne avec le Limousin, et quelques jours plus tard, c’est « un mariage à trois » avec le Poitou-Charentes. Même chose pour la Champagne-Ardenne qui devait fusionner avec la Picardie et se verrait rattachée à l’Alsace et la Lorraine…

La fédération Force Ouvrière des personnels des services publics et de santé suit avec attention ce qu’il faut bien appeler des tractations entre les exécutifs régionaux, par députés interposés, et voit ses analyses confirmées.

Dans ces circonstances, il est évident que les agents concernés ont de quoi être inquiets quant à leur avenir professionnel. La méthode employée pour mettre en musique cette nouvelle carte augure mal de la manière dont les services, et donc nous les agents vont être traités.

Aucune mesure visant à garantir les droits collectifs n’est prévue. De plus, le regroupement des collectivités va entraîner un regroupement des Services et des Directions, synonyme, à terme, de suppressions de postes budgétaires.

Dernière nouvelle, qui ajoute à l’incertitude ambiante, le droit d’option offert aux départements. Ceux-ci, tant qu’ils existent encore bien sûr, pourront éventuellement demander à être rattachés à une région différente. Même si ce processus est encadré, et a priori, ouvert pour une durée limitée, il risque d’avoir des conséquences importantes.

Force Ouvrière condamne fermement le projet de loi en cours de discussions, qui n’a d’autre objectif que de donner des gages de bonne volonté à l’Union Européenne et aux marchés

Elle dénonce les conséquences sur les dizaines de milliers d’agents régionaux, allant du changement d’employeur à un éventuel changement de lieu de travail ; quid de leurs conditions de travail, de leur rémunération, de leur carrière ?

Elle dénonce l’aggravation des inégalités territoriales et le risque d’éclatement du territoire de la République que fait courir la création de futures baronnies régionales.