FO, CGT et Solidaires appellent à une grève interprofessionnelle le 9 avril

logo_fede_FO

Fédération des personnels des services publics et des services de santé FORCE OUVRIERE 153 – 155 rue de Rome 75017 PARIS

( 01 44 01 06 00 – * fo.sante-sociaux@fosps.com – fo.territoriaux@fosps.com 8 www.fosps.com – www.fo-publics-sante.org

FO, CGT et Solidaires appellent à une grève interprofessionnelle le 9 avril

photo_intersyndicale

FO, la CGT et Solidaires appellent à une journée de grève interprofessionnelle de lutte contre les mesures d’austérité le jeudi 9 avril, ont annoncé ces organisations, à l’issue d’une rencontre intersyndicale qui a eu lieu à Paris, le mardi 17 février, au siège de la Confédération FO.

Par cette action qui doit permettre de « faire converger » les revendications et « exiger du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent », il s’agit de « s’engager dans un processus de mobilisation » ont souligné les trois organisations.

Les structures syndicales invitent ainsi « les retraité(e)s et les chômeurs-ses à se mobiliser et appellent l’ensemble des salarié(e)s, du public et du privé », à cette journée de grève interprofessionnelle mais aussi à manifester. « Les modalités d’action pour manifester vont se construire d’ici le 9 avril » a précisé pour FO le secrétaire confédéral Pascal Pavageau qui participait avec Michèle Biaggi à cette intersyndicale.

Assistant à la rencontre intersyndicale, la FSU a fait part de son absence de mandat ne lui permettant donc pas pour l’instant de se prononcer sur sa participation éventuelle à la journée d’action. L’organisation donnera sa décision début mars.

Construire le rapport de force

Cette décision d’action commune contre l’austérité avait été largement évoquée au début du mois de février lors du XXIIIe Congrès de la Confédération FO qui se tenait du 2 au 6 février à Tours. En conclusion de la résolution générale adoptée à une large majorité, les 3 000 délégués avaient en effet appelé à « construire le rapport de force à même de faire reculer le gouvernement et le patronat ».

Dans ce cadre et dans le prolongement du rassemblement national du 16 décembre à Paris, organisé par FO et qui avait « permis de réaffirmer les positions et revendications », le Congrès avait donc arrêté « le principe d’une journée nationale de grève interprofessionnelle ».

Au diapason avec les propos de Jean-Claude Mailly, prônant de « passer à l’étape supérieure » pour « contrer cette austérité suicidaire », les délégués avaient acté au sein de la résolution générale la demande de « l’arrêt de l’austérité » notamment au travers du « retrait du pacte de responsabilité » mais aussi de celui du projet de loi Macron ou encore de la réforme territoriale.

A l’issue du Congrès, la Confédération FO avait pris contact avec les sept autres organisations syndicales afin d’organiser une rencontre qui jette les bases des modalités d’une action commune contre l’austérité. La CGT, la FSU et Solidaires avaient immédiatement répondu favorablement à cet appel. A l’instar de FO, la CGT évoquait dès ce début février la nécessité d’organiser une journée de mobilisation pour s’opposer à la politique d’austérité.

Journée de grève interprofessionnelle du 9 avril

Déclaration des organisations syndicales CGT, FO et Solidaires

Combattre et réduire le chômage, permettre la création d’emplois en changeant de politique économique, préserver les droits et tous les régimes sociaux, garantir et promouvoir le service public, augmenter les salaires (secteurs public et privé), les retraites, les pensions et les minimas sociaux, constituent des priorités sociales, de surcroît en période de crise.

Réunies le 17 février 2015, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires affirment leur détermination pour faire aboutir ces revendications et lutter contre l’austérité et ses impacts destructeurs tant socialement, économiquement que démocratiquement.

Le « pacte de responsabilité », la rigueur budgétaire, la réforme territoriale, nombre de dispositions du projet de loi libérale « Macron » ainsi que plusieurs décisions des pouvoirs publics et du patronat aggravent la situation des salarié(e)s, des retraité(e)s et des chômeurs(ses).

De nombreuses luttes et mobilisations syndicales sont d’ores et déjà engagées dans les entreprises, les services publics et les secteurs professionnels.

Pour faire converger ces revendications et exiger du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires s’engagent dans un processus de mobilisation. Conscientes de leur responsabilité, elles invitent les retraité(e)s et les chômeurs(ses) à se mobiliser et appellent l’ensemble des salarié(e)s, du public et du privé, à une journée de grève interprofessionnelle et à manifester le 9 avril 2015.

23 ème Congrès des syndicats de la Confédération FO

Cher(e)s Camarades,

Notre Conseil syndical avait mandaté plusieurs camarades pour porter vos revendications au 23ème Congrès des syndicats de la Confédération FO s’est tenu du 2 au 6 février 2015 à Tours.

Celui-ci a rassemblé près de 3 000 délégués mandatés par leurs syndicats.

Après le rapport moral et d’activité présenté, au nom du Bureau confédéral, par Jean Claude MAILLY, 163 délégués, tout secteur confondu, sont intervenus, démontrant ainsi la vivacité de notre organisation libre et indépendante, dans un contexte marqué par l’austérité et les attaques venant de toute part, et qui sont dirigées contre les droits collectifs.

Vous pouvez redécouvrir la totalité des interventions, dont celle de notre Secrétaire Général, Didier BERNUS, sur le site de la confédération.

Le rapport d’activité a été adopté à 97,07 %, celui de la trésorerie à 97,44 %. Ces résultats sont l’expression que le mandat donné par le précédent congrès confédéral de Montpellier, a bien était respecté.

Les quatre résolutions : la générale ; la protection sociale ; la sociale et l’Outre Mer, ci-jointes, ont été adoptées à quasi unanimité.

La résolution générale (ci-jointe) se conclut sur la nécessité de préparer le rapport de force :

« L’arrêt de l’austérité, le retrait du pacte de responsabilité, du projet de loi « Macron » et de la réforme territoriale, la défense des services publics, du statut de la fonction publique, parties constituantes de la République, de la protection sociale, des conventions collectives et l’augmentation générale des salaires nécessitent une réaction interprofessionnelle.

Construire le rapport de force à même de faire reculer le gouvernement et le patronat et faire aboutir les revendications de FO est indispensable.

Dans ce cadre, le congrès se félicite du rassemblement national du 16 décembre 2014 à Paris ayant permis de réaffirmer les positions et revendications de FO.

Tout en soulignant que l’action commune bien définie, sur des revendications claires, est un gage d’efficacité, le congrès arrête le principe d’une journée nationale de grève interprofessionnelle et de manifestations, dont une à Paris, contre l’austérité et pour l’aboutissement des revendications ».

Le Comité Confédéral National qui s’est réuni le samedi 7 février, a élu le nouveau Bureau Confédéral, la Commission Exécutive, la commission des conflits et la commission de contrôle..

Vous en souhaitant bonne lecture et préparons la Grève Interprofessionnelle

Amitiés syndicalistes

Pour le Conseil

Le S.G

Bertrand VINCENT

RÉSOLUTION GÉNÉRALE DU CONGRÈS FO DE TOURS

DISCOURS DE JEAN CLAUDE MAILLY