JEUDI 9 AVRIL 2015 GREVE INTERPROFESSIONNELLE

L’austérité, ça suffit !!!

Tous les salariés du public et du privé sont appelés à la grève pour s’opposer au pacte de responsabilité, à la rigueur budgétaire, à la réforme territoriale, à la loi Macron. Les directions de la Mairie de Paris appliquent les restrictions budgétaires avec des conséquences concrètes pour nous tous.

En France, le pacte de responsabilité c’est une ponction de 40 milliards allant directement dans les caisses patronales. C’est une rigueur identique à celle d’autres pays en Europe avec 50 milliards de réductions des dépenses publiques. C’est encore l’annonce, il y a quelques jours de la Commission européenne exigeant de la France qu’elle dégage 4 milliards d’économies supplémentaires en 2015 qui auront un impact sur la suppression de 22 000 emplois dans les hôpitaux. Les salaires, les retraites, les minima sociaux sont bloqués. Le chômage, la précarité, la pauvreté sont le lot commun de millions de personnes. Les garanties collectives sont attaquées chaque jour. Les services publics disparaissent un peu plus chaque jour. La loi Macron qui « accompagne » et renforce le pacte de responsabilité et qui a été dictée par le patronat et l’Union Européenne, donne plus de facilités pour licencier, pour banaliser le travail de nuit et du dimanche, de déroger au code du travail et de casser la justice prud’homale.

Comme en 2006 avec le CPE, ils utilisent le 49-3. Comme en 2006, nous devons les obliger à retirer cette loi Macron. Nous avions gagné. Nous gagnerons encore à exiger le RETRAIT de la loi Macron et du pacte de responsabilité.

OUI ! Le Congrès Confédéral de la CGT-FO, réuni à Tours, a eu mille fois raison d’appeler à la GREVE INTERPROFESSIONNELLE et à MANIFESTER A PARIS !

OUI ! Il faut porter nos revendications : – Augmentation des salaires, des retraites, des minima sociaux. – L’arrêt des plans de licenciement et des suppressions d’emplois. – La défense des garanties collectives (code du travail, conventions collectives, statuts). – L’arrêt de la destruction des services et la renationalisation de ceux qui assuraient l’égalité de traitement et des tarifs identiques dans tout le pays. – Une défense acharnée des hôpitaux et de la Sécurité Sociale.

Face à la surdité gouvernementale et municipale, vis-à-vis des attentes des salariés du privé, du public, actifs, chômeurs et retraités, il est temps de dire avec force : ça suffit !

L’arme des salariés, quand ils ne sont pas entendus, c’est de cesser le travail et de manifester !

9 avril 2015, tous en grève et en manifestation !